Vous êtes ici : Accueil  » Culture et Loisirs » Bibliothèque municipale

Voyage en Auvergne 2010

 SUR LES PAS DE "GASPARD DES MONTAGNES"

Point n’est besoin de parcourir des centaines de kilomètres pour découvrir des paysages étonnants et s’émerveiller de leurs multiples richesses ! C’est en Auvergne que nous avons constaté, lors de notre périple des 3 et 4 octobre 20I0, la véracité de ces propos. Nulle région ne recèle plus de diversité que ces " hautes terres" où tous les reliefs se cotoient, où les quatre éléments s’affrontent. Pays de terre et de feu, de grand air et d’eau, l’Auvergne offre aux visiteurs des beautés exceptionnelles.

Notre premier arrêt nous amène au Plateau de Gergovie, curieuse table de basalte au superbe panorama sur le Forez et le Livradois. Ce lieu chargé d’histoire témoigne du courage avec lequel les tribus gauloises, emmenées par Vercingétorix ont infligé à César la cuisante défaite de 52 av.J.C.

 Nous abordons ensuite la Chaîne des Dômes, quatre-vingts volcans éteints constituant un paysage fascinant de croupes lunaires, de cratères emboîtés,égueulés, dominés par le Puy de Dôme d’où la vue s’étend sur onze départements. La Chaîne des Puys réserve bien des surprises et notamment de nombreux lacs, lovés dans les cratères comblés ou formés derrière les cheires, coulées de lave noirâtre vomies par les volcans. C’est l’origine du lac d’Aydat, 60 ha d’eau claire aux rives boisées, paradis des Clermontois.

Non loin de là, nous découvrons, dans un village aux toits de lauzes, la superbe basilique d’Orcival, dite Notre-Dame-des-Fers, édifiée au 12ème siècle et dont l’architecture sobre dégage une grande harmonie, tant extérieure qu’intérieure. On est saisi, dès l’abord, par l’élégance du chevet, l’étagement savant des toitures, l’unité de l’ensemble, rare pour un édifice de cette époque. Une belle Vierge en Majesté, de curieux chapiteaux, les pentures romanes de la porte Saint-Jean, les boulets et chaînes suspendus au croisillon sud retiennent le regard.

Au long de la route qui nous conduit vers le massif du Sancy, le lac de Guéry étale son miroir bleu. Tout à coup surgissent , séparés par un vallon glaciaire, deux grands monolithes : Tuilière et ses colonnes de trachyte et Sanadoire, reste d’un cône de phonolite. Nous n’avons pas le temps-hélas- d’en tester l’écho ! Le buron du Col de la Croix- Morand a accepté de nous recevoir avec notre pique-nique : il fait bon se restaurer... Mais, il faut vite repartir en direction de la Chaîne des monts Dore dont les sommets - Sancy, Banne d’Ordanche, Aiguiller- se dressent devant nous. Volcan jeune - 900 000 ans tout de même ! - et donc moins érodé, le Sancy fait penser aux sommets alpins. Le temps est splendide et c’est avec entrain que nous grimpons les marches qui, de la gare du téléphérique, nous amènent au sommet (1885m). Nous avons le souffle coupé par la beauté du panorama et nous sommes à même de mesurer ce qu’Henri Pourrat appelait " la liberté du vent " !C’est vivifiant !
Parce qu’un voyage doit offrir des plaisirs de toutes sortes, nous faisons halte à Saint-Nectaire, petite station thermale célèbre par son église , joyau de l’art roman auvergnat et par son fromage fabriqué depuuis le 17ème siècle et mondialement connu.

La journée a été si riche que nous apprécions grandement l’accueil du Village-Vacances de Murol. Le dîner est très sympathique et la nuit réparatrice. Aussi, est-ce en pleine forme que nous reprenons la route, à destination d’Issoire où on nous attend à l’Abbatiale Saint-Austremoine. Là, un guide de grande culture va décrypter pour nous, pendant deux heures, les richesses de l’architecture de cet édifice du 12ème siècle. La nef haute de 23 m est d’une extraordinaire luminosité, rehaussée par la décoration peinte.
En suivant le déambulatoire, nous découvrons de remarquables chapiteaux historiés dont notre guide, intarissable, nous révèle la signification profonde. Sur la belle esplanade qui entoure l’église, nous admirons le chevet d’arkose blonde ,ses lignes harmonieuses et l’originalité de la décoration, un cycle du zodiaque à 13 signes ! Belle visite !

La route que nous reprenons pour atteindre Saint-Amant-Roche-Savine traverse les Bois Noirs chers à Henri Pourrat et où il a situé maintes scènes de " Gaspard des Montagnes ". Après le repas , une jeune femme nous conduit sur le lieu de certains épisodes du roman, notamment la maison de Chénerailles où Pourrat a situé un moment dramatique. Il n’est pas facile de suivre Gaspard au milieu de sa forêt avec un car et 55 personnes ! Aussi regagnons-nous la route qui nous emmène à Ambert et sa mairie ronde, la " grosse rotonde" devant laquelle Jules Romains, dans son roman " les copains", donne rendez-vous à ses héros," au milieu de la façade " !

Notre dernière étape est le moulin Richard-de-Bas, seul survivant des 3oo moulins du Val de Lagat, grand centre papetier développé par trois Auvergnats rentrés en 1326 de Damas où ils avaient appris le secret des Arabes. La
visite de Richard-de-Bas est passionnante, tant par l’historique du papier que par les étapes de la fabrication perpétuée depuis le 14ème siècle.

Que de beaux endroits découverts en deux jours...que de plaisirs à ranger
dans sa mémoire !

Yvette Champmartin.